Cash flow

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en septembre 2019

Sommaire

Le cash-flow totalise l'ensemble des flux de trésorerie générés par les activités d'une société. Cet indicateur permet de mesurer la marge réelle d’une entreprise, sa capacité à financer son développement (ses investissements notamment) à partir de son exploitation, ainsi que la masse des dividendes qu’elle peut servir à ses actionnaires.

Le cash-flow est particulièrement regardé par les analystes financiers, car il permet d’apprécier la solvabilité et la pérennité d'une entreprise.

Le point maintenant.

Cash-flow : méthode de calcul

La formule permettant de calculer le cash-flow d’exploitation est la suivante :

Résultat net + dotations nettes aux amortissements et aux provisions – plus-values de cession d'actifs + moins-values de cession d'actifs – variation du besoin en fonds de roulement

  • Le résultat net, c'est la différence entre les produits et les charges durant un exercice comptable donné.
  • Les dotations nettes aux amortissements et aux provisions correspondent aux amortissements de l'actif (dépréciation des locaux, machines, véhicules, etc.) ; aux dotations aux provisions sur éléments de l'actif (perte sur créances clients, titres, stocks, etc.) ; et aux dotations aux provisions pour risques et charges, au cas où ceux-ci se concrétisent (par exemple, perte éventuelle liée à un litige en cours).
  • Les plus-values ou moins-values de cession sont représentatives des gains ou des pertes entre la valeur d’achat et de vente d’un actif.
  • Les variations en besoin du fonds de roulement fluctuent selon le cash dont une entreprise a besoin pour assurer son cycle d’exploitation en tenant compte des décalages des flux de trésorerie.

À cette première notion de cash-flow entendu comme flux de trésorerie d’exploitation s’en ajoutent 2 autres :

  • celle du free cash-flow, qui permet de mesurer le flux de trésorerie disponible généré par l'exploitation (operating assets) après paiement des investissements nécessaires pour maintenir ou développer l’outil de production ;
  • celle du cash-flow to equity (flux de trésorerie revenant aux prêteurs), qui correspond au free cash-flow, une fois soustraits les flux revenant aux prêteurs, c'est-à-dire après impôt et variation nette de l'endettement bancaire et financier.

Intérêt du calcul du cash-flow

Le cash-flow est utilisé dans le cadre d’analyses financières, car il permet d’évaluer l’intensité des flux monétaires générés par l’exploitation d’une entreprise ainsi que sa profitabilité.

Le free cash-flow est fréquemment utilisé comme un outil d’évaluation dans la méthode des « discounted cash flow » (DCF) qui permet d’actualiser les flux de trésorerie. Il quantifie la capacité d’autofinancement de l’entreprise non affectée à des investissements.

Enfin, le cash-flow to equity sert à calculer le flux de trésorerie revenant aux prêteurs et à estimer la valeur des capitaux propres, par exemple en cas de prise de participation par des investisseurs.

Pour en savoir plus :