Return on equity

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en octobre 2019

Sommaire

Le return on equity (ROE) est un terme comptable mesurant la rentabilité des capitaux propres que les actionnaires d’une entreprise mettent à sa disposition. Il permet de calculer la rentabilité financière des fonds propres.

Les analystes financiers utilisent le ROE pour comparer la rentabilité financière des entreprises opérant dans le même secteur.

Return on equity : méthode de calcul

Le return on equity (ROE) établit un ratio entre le résultat net et les fonds propres.

Sa méthode de calcul est la suivante :résultat net ÷ capitaux propres = ROE

  • Par résultat net (net income), il faut entendre le bénéfice ou la perte qui reste après avoir additionné le résultat d'exploitation (produits d’exploitation moins charges d’exploitation), le résultat financier (produits financiers moins charges financières) et le résultat exceptionnel d’une entreprise (produits exceptionnels moins charges exceptionnelles), puis d’en retrancher l’impôt sur les sociétés.
  • Les capitaux propres (equity) représentent l'argent que les actionnaires ont apporté lors de la création d’une entreprise ou qui est laissé à sa disposition sans être distribué sous forme de dividendes. Ces capitaux propres permettent à la société de financer son développement et servent également de garantie aux créanciers.

Interprétation du return on equity

Le return on equity permet de calculer la rentabilité financière des fonds propres. C'est un ratio important pour les analystes financiers qui l’évaluent en fonction du type d'entreprise et de son secteur d’activité.

  • Certaines activités, comme l’industrie, ont besoin de disposer de capitaux propres importants pour financer leurs besoins d’investissement. Leur ROE sera généralement inférieur à celui d’entreprises qui, comme dans les services (par exemple dans le conseil), nécessitent des investissements moins lourds.
  • Jusqu'à une date récente, le consensus de marché voulait qu'une entreprise de risque moyen affiche un ROE de 15 %. Cette exigence est aujourd'hui moins élevée, car un tel niveau de rendement impose un taux d'endettement élevé.

Return on equity : critiques du ratio

Parmi les critiques portées à l’encontre du return on equity, certains analystes font valoir qu’il ne tient pas compte des risques pris par l’entreprise. En effet, le recours à l’endettement accroît le ROE en produisant un effet de levier qui augmente la rentabilité de façon artificielle.

C’est pour cette raison que les analystes utilisent un autre ratio portant sur la rentabilité des capitaux employés. Ce ratio, le ROCE (return on capital employed), tient compte de l’ensemble des sources de financement, dont l’endettement. Il permet de repérer les sociétés sous-capitalisées qui dopent leur rentabilité en remplaçant leurs fonds propres par de la dette afin de générer un effet de levier excessif.

Par ailleurs, on reproche au ROE de se focaliser uniquement sur l'aspect financier des investissements. Ainsi, les critères de bonne gouvernance sociale (motivation des collaborateurs, climat social, etc.) ne sont pas pris en compte. De même, l'image de marque des entreprises n'entre pas en considération dans le calcul du ROE.

Pour en savoir plus :