Capacité de financement

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en octobre 2021

Sommaire

La capacité de financement résulte du solde existant entre les ressources de financement dont dispose une entreprise et les dépenses qu’elle engage.

On parle de capacité de financement si le solde est positif, et de besoin de financement s'il est négatif.

Techniquement, l’INSEE estime que la capacité de financement est le solde du compte de capital.

Définition de la capacité de financement interne

Le solde en capital est égal à l'épargne brute augmentée des transferts nets en capital diminuée des dépenses faites à des fins d'accumulation : formation brute de capital fixe (FBCF), variations de stocks, acquisitions nettes d'objets de valeur et d'actifs non financiers.

Si le solde du compte en capital est positif, l’entreprise dispose d’une capacité de financement lui permettant de financer tout ou partie de son cycle d’investissement.

Selon l’importance de ce solde, elle dispose de plusieurs moyens de financement sur fonds propres.

L'autofinancement

L’autofinancement peut être défini comme sa capacité à financer son activité et ses investissements à l’aide de ses propres ressources. Cette capacité d’autofinancement (CAF) dépend des bénéfices de l’année, des réserves et des sommes épargnées en vue de renouveler le matériel (amortissement).

L’augmentation de capital

Si la CAF est insuffisante, l’entreprise peut réaliser une augmentation de capital pour augmenter sa capacité de financement. Cette opération revient à augmenter le capital social à travers l’émission de nouvelles actions qui seront acquises par les anciens actionnaires ou de nouveaux investisseurs.

Il est aussi possible d’augmenter le capital en majorant le montant nominal des actions existantes. Cette opération peut notamment être réalisée grâce à l’incorporation des réserves, bénéfices ou primes d’émission.

Les cessions d’éléments d’actifs.

Céder un actif permet d’augmenter la capacité de financement d’une entreprise si le produit de la vente est destiné à financer un investissement et non à compenser des pertes. L'enregistrement d'une cession d'éléments d'actif pondère le résultat de l'exercice grâce à la plus-value réalisée dans le cadre de cette cession. Cet enregistrement concerne les éléments d'actif immobilisé ainsi que les valeurs mobilières de placement. Les plus-values sont prises en compte fiscalement dès qu'elles sont actées.

Capacité de financement externe : définition

Pour financer leurs besoins de financement, les entreprises peuvent se tourner vers les banques ou les marchés financiers.

Financement bancaire

Pour les PME et les ETI (Entreprise de Taille Intermédiaire), les banques restent la première source de financement, et de loin.

En 2012, les crédits bancaires à moyen et à long terme représentaient 96% de l’endettement externe des PME et 77% des ETI.

Le Crédit-bail

Cette formule aussi appelée leasing permet d'accroître les capacités de financement. Contrairement à l’emprunt, le leasing ne demande pas d’apport personnel. Il permet à l’entreprise de disposer d’un matériel sans le détenir grâce au paiement d’une redevance.

La charge du crédit-bail n’est pas répertoriée parmi les dettes (les « loyers » sont considérés comme des charges), ce qui a un effet positif sur le bilan. Seul inconvénient : le bien n’étant pas la propriété de l’entreprise, il ne peut être amorti.

Location financière

Il s'agit d'un contrat de location sans option d'achat, appelé également location longue durée (LOA).

Principe : un fournisseur met à la disposition d’une société un bien (par exemple des véhicules), tout en conservant sa propriété. L’entreprise ne prend pas d'engagement quant à l’achat du bien –une fois le contrat échu.

Les marchés financiers

Que ce soit par le biais d’une émission obligataire ou d’une introduction en bourse, le recours au marché financier permet d’augmenter la capacité de financement d’une entreprise.

Seul inconvénient : les procédures sont lourdes, ce qui réserve cette solution aux entreprises qui ont une taille critique.

En 2015, 41 sociétés se sont introduites sur les marchés parisiens Euronext et Alternext et 4,6 milliards d’euros de fonds ont été levés contre 4,4 milliards en 2014.

Pour en savoir plus :

Ces pros peuvent vous aider