Bilan d'une banque

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en janvier 2021

Sommaire

Le bilan bancaire correspond à la situation patrimoniale d’une enseigne à un moment donné.

Divisé entre actif et passif, le bilan bancaire comprend 5 classes de comptes présentées dans un format conforme aux normes comptables IFRS (International Financial Reporting Standards).

Le passif informe sur l’origine des ressources (fonds collectés) et l’actif sur l’utilisation de ces ressources.

En 2014, selon les chiffres fournis par la Fédération bancaire française, les 6 principaux groupes tricolores ont dégagé un produit net bancaire cumulé de 137,3 milliards d’euros, dont les activités de banque de détail représentaient près de 69 %.

Lire l'article Ooreka

Bilan d'une banque : présentation

L’évolution du bilan d’une banque informe sur sa situation économique comme sur la gestion des risques spécifiques à l’activité bancaire. Il est présenté avec une partie actif et une partie passif.

Au passif (colonne de droite) figurent les informations concernant les montants et l’origine des fonds collectés par la banque. Ce gisement va de la dette envers la banque centrale, aux ressources tirées du solde créditeur des comptes clients, sans oublier les emprunts émis sur les marchés de capitaux, les provisions et capitaux propres, etc.

À l’actif (colonne de gauche), on recense les informations portant sur l’emploi des fonds empruntés. Dans ce vaste caravansérail financier figurent notamment les opérations de trésorerie interbancaires, les opérations avec la clientèle, les détenues par les banques pour compte propre, etc.

Classes de comptes et bilan bancaire

Le bilan bancaire comprend 5 classes de comptes. Chacun de ces comptes est composé d’un actif et d’un passif qui présente une balance entre l’origine des ressources (passif) et leur utilisation (actif). Le bilan ne fournit pas l’historique des opérations sur titres réalisées pour le compte de la clientèle.

Classe 1

Les comptes de la classe 1 englobent les opérations interbancaires. Il s’agit des opérations de prêt ou d’emprunt à court terme entre les banques dans le cadre de la gestion de trésorerie. Quand une banque à des excédents de trésorerie, elle se trouve en position de prêteur net sur le marché interbancaire et inversement.

Classe 2

Les comptes de la classe 2 comprennent les opérations que la banque réalise avec sa clientèle. Ici les fonds collectés sont portés au passif et les prêts accordés à l’actif. En 2014, l’encours des crédits aux ménages s’élevait à 1 018,2 milliards d’euros.

Classe 3

Les comptes de classe 3 comprennent les opérations sur titres. Il s’agit des interventions qu’une enseigne effectue pour « compte propre » (pour elle-même) sur le marché des capitaux. À l’actif, on trouve, les placements de la banque, au passif la dette émise pour le refinancement. En 2014, la rentabilité des capitaux propres des principales banques françaises s’élevait à 4,5 %.

Classe 4 et classe 5

Les classes 4 et 5 abritent les biens et valeurs immobilisées afin de rester dans le patrimoine d’une banque de façon durable. Ils figurent à l’actif. Les provisions et les fonds propres sont rangés au passif.

Bilan d'une banque : les informations clés

Le bilan bancaire fournit des informations clés sur la santé d’une enseigne. Le compte de résultat chiffre les pertes et/ou les profits ainsi que la façon dont ce résultat a été obtenu. À l’intérieur du compte de résultat, il faut examiner :

  • le produit net bancaire. Il traduit le profit qu’une banque retire de son cycle exploitation ;
  • le résultat d’exploitation, c’est-à-dire le résultat brut d’exploitation - les dotations nettes aux provisions ;
  • le résultat courant avant impôt qui intègre les gains nets sur les actifs immobilisés : plus ou moins-values de cession ;
  • le (bénéfice) qui révèle qui reste une fois que toutes les charges (impôts compris) ont été réglées.

AMF

Article

Lire l'article Ooreka

Ces pros peuvent vous aider