Les disponibilités

Sommaire

Les disponibilités correspondent à la somme des avoirs en caisse possédés par un agent économique ou des liquidités disponibles sur son compte bancaire.

Dans le cas d’une entreprise, il s’agit des montants détenus en caisse et des avoirs déposés auprès d’une banque. Dans le cas d’un particulier, les disponibilités sont représentatives du montant des disponibilités à vue portées à l’actif d’un compte bancaire.

Disponibilités et entreprises

Les disponibilités, aussi appelée « trésorerie » désignent les avoirs en caisse d’une entreprise ainsi que les liquidités mobilisables sur son compte bancaire. Par extension, les disponibilités s'étendent aux placements facilement liquidables (créances négociables, valeurs mobilières, etc.).

Le montant des disponibilités s’obtient en cumulant le solde de la caisse, des comptes bancaires et des chèques postaux.

Une bonne gestion des liquidités est indispensable à une entreprise dans la mesure où elle permet d’optimiser la balance entre les entrées et les sorties d'argent. L’objectif du trésorier d’entreprise n’est pas seulement d’assurer un fond de caisse, mais d'optimiser la rentabilité des disponibilités et de couvrir les risques liés aux taux d'intérêts et de change.

Comptablement, les disponibilités font partie de l’actif circulant d’une entreprise, soit tous les éléments d'actif susceptibles d'être « monétisés » en moins de 12 mois. Cet actif circulant regroupe les biens mobiliers ayant pour vocation de générer de l'argent comptant, ou de quitter le cycle d'exploitation de l'entreprise. Y figurent aussi les stocks servant à la production, les créances, ainsi que la trésorerie (disponibilités).

Pour calculer le montant de cette trésorerie, on applique la formule suivante :

Fonds de roulement - besoin en fonds de roulement = disponibilités  (trésorerie)

Lire l'article Ooreka

Particuliers et disponibilités

Pour un particulier, les disponibilités correspondent au montant mobilisable sur un compte à vue ou sur des placements « monétisables » à tout moment (Livret A, LDDS, etc.)

Une fois réglées leurs dépenses de consommation les ménages ont disposé de 208,6 milliards d’euros sur leurs comptes en 2012. Depuis, la masse des disponibilités non placées que les particuliers laissent dormir sur leur compte courant (thésaurisation) ne cessent d’augmenter. Deux facteurs expliquent le gonflement des comptes à vue :

  • La rentabilité insuffisante des placements de court terme, symbolisé par la baisse de rémunération du livret A.
  • Une défiance sur la situation économique et la sûreté des placements à moyen terme.

Résultat, à la fin 2015, les encours sur les dépôts à vue ont progressé de 34 milliards d'euros sur un an, soit près du double des années précédentes. La plupart des banques ont profité de cet afflux qui leur fournit une ressource stable et non rémunérée.  Cet âge d’or des comptes-courants n’est pas fini puisque pour 1 client sur 2, le niveau de taux d'intérêt qui susciterait un changement de comportement patrimonial est fixé à 3,5 %. Un niveau qui laisse de la marge quand on sait que le livret A ne rapporte plus que 0,50 % depuis 1er février 2020.