Sommaire

La valeur de rentabilité correspond à la somme actualisée des revenus futurs qu’une entreprise générera.

Elle est généralement estimée à partir de la méthode des Discounted Cash-Flow (DCF) ou de celle dite des « multiples ».

La valeur de rentabilité est un indicateur auquel les analystes financiers sont attentifs, car elle traduit le potentiel d’une société.

Valeur de rentabilité et méthode DCF

La valeur de rentabilité concerne les évaluations d'entreprise tirées des méthodes DCF et des comparables boursiers (multiples).

Valoriser une société par la méthode des DCF, c’est considérer que la valeur économique de ses actifs opérationnels est égale à la somme des Free Cash-Flows (FCF) futurs actualisés qu'ils vont générer.

En pratique, pour évaluer cette rentabilité, on construit un scénario. Il regroupe les facteurs influant sur la valorisation de l’entreprise.

Parmi les principaux, on recense :

  • les prévisions de croissance ;
  • les prévisions d’investissement et de profitabilité à long terme ;
  • le taux d'actualisation des flux futurs, conditionné par le niveau de risque de l'activité de l’entreprise et sa structure financière.

La valeur de l’entreprise est ensuite déterminée par l’actualisation des flux de trésorerie disponibles au coût moyen pondéré du capital (coût des ressources de l’entreprise : capitaux propres + dettes)

Le poids des capitaux propres et le poids de l’endettement dans le financement de chaque actif sont ensuite référés au poids de chacune de ces ressources dans le bilan économique de la société. La valeur des capitaux propres est obtenue indirectement, par déduction de la dette financière nette.

Au final, la valeur d’entreprise correspond à celle de la totalité des actifs.

Lire l'article Ooreka

Valorisation par les multiples et valeur de rentabilité

Avec la méthode des multiples, on valorise l'entreprise en la comparant à ses concurrentes. Moins sophistiquée que la méthode DCF, la valorisation par comparaison s’appuie sur des prévisions d’agrégats financiers (généralement issus du compte de résultat) à horizon de 2 ou 3 ans.

Pour être comparables, des sociétés doivent constituer un référentiel de sociétés présentant le même risque industriel. Soit :

  • opérer dans le même secteur d’activité ;
  • avoir une structure de financement et une taille proche ;
  • un modèle économique miscible ;
  • des perspectives de croissance équivalentes.

Pour être efficiente, cette méthode implique de placer dans le tube à essai des entreprises comparables (chiffre d'affaires, bénéfice net, etc.), puis de calculer une valeur d'entreprise que l’on divise par plusieurs dénominateurs : chiffre d’affaires, Ebitda (bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement), PER (price earning ratio), etc. 

Les moyennes des ratios obtenus (multiples) sont alors appliquées aux agrégats correspondants de la société à valoriser.

Lire l'article Ooreka

Ces pros peuvent vous aider