Placement de trésorerie d'entreprise

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en octobre 2020

Sommaire

L'excédent de trésorerie d'exploitation est la différence entre le cash flow généré par les produits encaissés et les charges d'exploitation décaissées par une entreprise. Si cette trésorerie est abondante, elle peut être placée en établissant un compromis entre prudence et rentabilité.

Il existe différents types de placements pour les trésoreries d'entreprise, à choisir en fonction de la durée pendant laquelle on souhaite immobiliser l'épargne.

Trésorerie d’entreprise et placement : principe

Une entreprise a pour finalité de gagner de l'argent grâce à son activité commerciale ou industrielle, non avec ses placements. Son objet social lui interdit généralement des actes de spéculation à court terme et l’absence de garantie du capital.

Toutefois, lorsqu’une entreprise dispose d’une trésorerie abondante, la laisser inactive occasionnerait un défaut de rentabilité préjudiciable aux actionnaires.

Pour placer cet argent, les entreprises disposent d’un tableau de suivi de trésorerie leur permettant d'évaluer la durée de disponibilité de cet argent et de trouver un placement adapté à cette période.

Généralement, on distingue 3 horizons de placement, à court, moyen et long terme.

Lire l'article Ooreka

Placements de trésorerie d'entreprise à court terme

En pratique, une entreprise doit conserver des liquidités pour couvrir les obligations financières à court terme, c’est-à-dire à horizon de 3 mois. Une partie de cette trésorerie doit être mobilisable rapidement pour répondre à un besoin en fonds de roulement ou financer les périodes de creux.

Parmi les principaux placements à court terme, on recense les comptes courants rémunérés, les fonds de trésorerie et les certificats de dépôt négociables.

Comptes courants rémunérés

Ce type de compte est un placement à vue rémunéré au jour le jour. Il est ouvert auprès d'une banque pour une durée indéterminé. Le capital est garanti par la banque. Les retraits et dépôts sont possibles à tout moment. La rémunération est très faible.

Fonds de trésorerie

Ces fonds spéciaux sans risques (Sicav, FCP) sont généralement placés sur des produits monétaires à la rémunération très faible. Les fonds peuvent être récupérés à tout moment.

Certificats de dépôt négociables (CDN)

D’une durée comprise entre 1 jour et 1 an, et d’un montant minimum de 150 000 €, il s’agit d’un dépôt à terme matérialisé par sous la forme d'un billet au porteur ou à ordre émis par un établissement financier.

Facilement négociables (c’est leur principal avantage), les CDN ne délivrent qu’un  rendement limité.

Lire l'article Ooreka

Placement de trésorerie d'entreprise à moyen et long terme

Plus la durée d’un placement est longue, meilleure est la rentabilité qu’il délivre. Parmi les principales options à la disposition des trésoriers d’entreprises, on peu citer les comptes à terme, les bons à moyen terme négociables, les obligations à courte échéance, les produits structurés et les contrats de capitalisation.

Comptes à terme

Ils permettent à l’entreprise de disposer de son argent à tout moment, tout en bénéficiant d'une rémunération garantie et connue à l'avance.

Les comptes à terme avec préavis, plus sécurisants pour la banque à laquelle les fonds sont prêtés, offrent une meilleure rémunération. Revers de la médaille, ils impliquent le respect d'un préavis avant toute sortie.

Bons à moyen terme négociables (BMTN)

Il s’agit de titres de créances négociables à durée déterminée. Ils rémunèrent des liquidités sur le moyen/long terme avec une prise de risque limitée.

La durée des BMTN est d’une durée supérieure à 1 an et d’un montant plancher d’environ 200 000 €.

Leur rentabilité varie fonction des taux du marché monétaire. Ce taux peut être fixe ou révisable à partir d’un indice de marché (Euribor 3 mois, etc).

En cas de rachat avant l’échéance, un escompte sur la durée restant à courir de la valeur à l’échéance peut être pratiqué. Cela peut déboucher sur de mauvaises surprises. Il faut donc que le tableau de suivi de trésorerie de l’entreprise soit dégagé pour souscrire un BMTN.

Obligations à courte échéance

Cette option nécessite une bonne connaissance des marchés financiers.

Outre le risque taux, les frais de courtage nuisent à l’attractivité de ce placement.

Produits structurés

Un produit structuré est un contrat conclu entre une banque et un investisseur sur l’application d’une formule de remboursement précise, à une échéance déterminée.

Ces produits sont classés sur une échelle de risque qui va de très faible (capital garanti) à forte (produits a effet de levier).

Ces produits structurés sont composés généralement de 2 éléments. Le premier assure la protection du capital et le second, plus risqué, permet d’optimiser le rendement du produit.

Les produits structurés peuvent délivrer jusqu’à 7 ou 8 % de rendement.

Contrats de capitalisation

Les fonds sont investis en euros ou sur des unités de compte (actions, obligations).

Cette formule nécessite une immobilisation sur le long terme. En cas d’imposition à l’impôt sur les sociétés, la plus-value réalisée par la société est assimilée par le fisc à une « prime de remboursement ».