Actif courant

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en octobre 2019

Sommaire

Selon les normes comptables internationales (IFRS), les actifs et passifs sont présentés sous la forme courant ou non courant.

La particularité des actifs courants (aussi appelés actifs circulants par le plan comptable général) est d’avoir une durée de vie courte, généralement limitée à l’exercice en cours.

Parmi les actifs courants, on compte notamment les stocks, les avances acomptes versés sur commandes par les clients, etc.

Définition du plan comptable général et des normes IFRS

Selon le plan comptable général (article 211-1) un actif est un élément identifiable du patrimoine ayant une valeur économique positive une entreprise. Cet élément d'actif doit être identifiable, procurer des avantages sur le plan économique et être sous le contrôle de l'entreprise en raison d'opérations passées. Son coût doit aussi pouvoir être évalué de manière fiable.

Le plan distingue l'actif courant et l’actif immobilisé et les comptes de régularisations.

La mise en place des nouvelles normes comptables IFRS a repris l’esprit de cette distinction. Les actifs sont séparés en actif courant et en actif non courant :

  • l’actif non courant (machines, terrains, titres financiers, etc.) regroupe tous les actifs détenus sur une longue échéance comprenant les actifs immobilisés corporels, incorporels et financiers et autres actifs non courants ;
  • l'actif courant désigne les actifs ayant vocation à rester moins de 12 mois au sein de l'entreprise. Par nature, un actif courant est donc voué à être consommé ou vendu au cours d’un exercice comptable. Il est donc mobilisable à court terme.

Principaux types d’actifs courants

Selon la norme IAS 1 une entreprise doit présenter séparément dans l'état de situation financière les actifs courants et non courants. Elle doit classer un actif en tant que courant si elle s'attend à le réaliser, le vendre ou le consommer durant son cycle d'exploitation « normal » ; elle détient cet actif dans le but de le négocier ; elle envisage de vendre cet actif dans les 12 mois suivant la période de reporting ou s'il se compose de trésorerie ou d'équivalents de trésorerie (OPCVM monétaires, etc.) dont elle à le libre usage.

Parmi les principaux actifs courants, on trouve les soldes de trésorerie, les comptes de régularisation et le stock :

  • soldes de trésorerie : il s’agit de l’ensemble des données de recettes et dépenses dégagées par un solde mensuel de trésorerie et non soumises à restriction. Ce solde bancaire s’accumule avec celui du mois précédent (s’il existe) ;
  • valeurs mobilières de placement : outre liquidités les titres acquis afin d'être revendus à court terme font partie de l’actif courant ;
  • comptes de régularisation : ils permettent de rattacher les charges et les produits aux exercices, en se référant non pas à la date de facturation mais à celle de consommation du bien (ou du service) ; sont aussi concernées les avances et acomptes que les clients versent sur commandes ; les créances clients (droits dont une entreprise  dispose sur des tiers en vertu d’une vente pour laquelle elle a consenti un délai de paiement particulier) ; les créances que l’entreprise doit à des tiers (fournisseurs, etc.) ;
  • un stock est un actif courant détenu afin être vendu dans le cours normal de l’activité ou destiné à être consommé dans le processus de production ou de prestation de services, sous forme de matières premières ou de fournitures. Là aussi, il s'agit d'un actif courant.