Autres charges de gestion courante

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en octobre 2019

Sommaire

Les « autre charges de gestion courante » correspondent aux charges provenant d'évènements qui concernent l'exploitation de l'entreprise, mais qui sont de nature ponctuelle.

En comptabilité, ces autres charges sont regroupées dans le compte 65. Elles vont des redevances aux créances douteuses ou irrécouvrables, etc.

Présentation des autres charges de gestion courante

La classe 6 regroupe les comptes destinés à enregistrer les charges d’un exercice.

En comptabilité, une charge correspond à une diminution du résultat d’une entreprise. Elle occasionne donc une forme d’appauvrissement.

On distingue plusieurs types de charges :

  • les charges financières (compte 66) assimilables au coût des ressources d'emprunt qu’une entreprise obtient auprès de ses créanciers (banques, etc.) ;
  • les charges exceptionnelles (compte 67) qui ne se rapportent pas à la gestion courante de l’entreprise et qui ne ressortent pas son activité « normale » ;
  • les charges d'exploitation (comptes 61 à 65), à savoir les dépenses inhérentes au cycle d’exploitation de l’entreprise.

Ces charges d'exploitations courantes concernent plusieurs postes : achats de biens (compte 60), achats de services (compte 61), achats et autres services extérieurs (compte 62), etc.

Les autres charges de gestion courante concernent les évènements qui impactent l'exploitation de l'entreprise, mais qui sont éphémères.

5 postes principaux

Les autres charges de gestion courante comprennent plusieurs comptes où sont regroupés les débours ponctuels.

Parmi les principales, on recense :

  • Les redevances pour concessions, brevets, licences, marques, procédés, logiciels, droits et valeurs similaires.
  • Les jetons de présence : il s’agit de la rémunération accordée aux présidents directeurs généraux, directeurs généraux et administrateurs, membres des conseils de surveillance de sociétés anonymes. Ces jetons sont (théoriquement) calculés en fonction de l’assiduité de ces personnes aux réunions de l’entreprise.
  • Pertes sur créances irrécouvrables : elles englobent les créances douteuses (admises en non valeur, mais pour lesquelles un recouvrement postérieur reste possible) et celles qui resteront définitivement inscrites en non-valeur, par exemple parce que le débiteur rencontre des difficultés financières insurmontables, etc.
  • Quotes-parts de résultat sur opérations faites en commun : sont visées les opérations effectuées dans le cadre de communautés d'intérêts, dont la plus courante concerne les transferts de participation en faveur des associés non gérants ; cette communauté d'intérêts peut aussi bien lier des entreprises entre elles.
  • Les charges diverses de gestion courante : si l'enregistrement de la valeur nette comptable d’éléments d'actifs faisant l'objet d'une cession est considérée comme courante, elle peut être enregistrée parmi les autres charges de gestion courante.