Feuille de calcul :Amortissement linéaire des immobilisations

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en octobre 2019

Téléchargez gratuitement cette feuille de calcul à compléter :

Format Excel .xls
Exemple à compléter
Notice d'utilisation
MAJ en
octobre 2019

GRATUIT

Sommaire

Description du tableur excel

Lorsqu’une entreprise achète du matériel, on considère que cet achat n’est pas consommé immédiatement mais qu’il reste durablement dans l’entreprise. Ce sont ses moyens de production inscrit à l’actif du bilan, on les appelle immobilisations.

Toutefois, même si ce matériel n’est pas consommé immédiatement, sa durée de vie n’est pas illimitée, du fait de son usure ou de l’obsolescence.

L’amortissement permet de constater la perte de valeur irréversible de la valeur d’une immobilisation. Il permet aussi de répartir systématiquement le coût d’un investissement en fonction de sa durée d’utilisation, selon un plan d’amortissement établi au départ.

Chaque année, au moment de l’inventaire, on enregistre dans les comptes deux opérations :

  • une charge qui correspond à la « consommation » de l’exercice : la dotation aux amortissements qui apparaît dans le compte de résultat ;
  • une déduction sur la valeur de l’immobilisation qui apparaîtra dans le bilan et qui permettra de calculer la valeur nette comptable du bien, c’est-à-dire sa valeur d’origine moins les amortissements cumulés.

Par exemple, une entreprise, qui a acquis une machine d'une valeur de 100 000 € et dont la durée de vie normale est estimée à 5 ans, constatera chaque année pendant 5 ans un amortissement de 20 000 €. Si son résultat net avant amortissement s’élève à 70 000 € pour la première année, alors on constatera une dotation aux amortissements de 20 000 € dans le compte de résultat, qui correspond au coût d’utilisation de ce matériel.

En effet, la machine a été utilisée toute l’année ; elle a permis de produire, donc de générer des ventes. Au bilan, on portera la valeur de la machine à 80 000 €, soit son coût d’acquisition, diminué de la première année d’amortissement.

L’amortissement permet aussi à l’entreprise de constituer des ressources internes dont l’objectif est d’assurer le renouvellement des immobilisations lorsqu’elles arrivent en fin de vie. Ces ressources sont prises en compte dans le calcul de la capacité d’autofinancement.

Ainsi, en dépréciant comptablement la machine de 20 000 €, l’entreprise se constitue en quelque sorte une « réserve ». En effet, la charge de 20 000 € a été prélevée sur le résultat net, donc sur la richesse des actionnaires, pour assurer le financement du renouvellement de la machine.

Cette charge d’amortissement de 20 000 € est purement comptable, elle ne donne pas lieu à sortie d’argent.

Notice : Amortissement linéaire des immobilisations

Il y a deux façons de calculer un amortissement :

  • l’amortissement linéaire, comme nous allons le voir ici ;
  • l’amortissement dégressif, que vous pouvez calculer ici.

L’amortissement linéaire consiste tout simplement à amortir le matériel d’une manière constante sur sa durée d’utilisation (à renseigner dans le tableau).

La base de calcul est donc sa valeur d’origine (à renseigner dans le tableau) ; l’amortissement commence le jour de la mise en service du bien (à renseigner dans le tableau).

Si le matériel est acquis en cours d’année, alors la première annuité d’amortissement portera sur une durée d’utilisation inférieure à 1 an. On applique la règle du prorata temporis. Pour la dernière année, l’annuité correspond à ce qu’il reste à amortir.

Le taux d’amortissement se calcule automatiquement dans le tableau, il correspond simplement à un total de 100 % divisé par le nombre d’années d’utilisation du matériel.

À la fin de chaque année, on connaît ainsi la valeur du matériel amorti en calculant sa valeur nette comptable.

Attention : par défaut, la valeur d'origine du bien est de 100 000 € dans le tableur. Il conviendra de le modifier en fonction de la situation de votre entreprise.