Lire un bilan comptable

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en septembre 2019

Sommaire

Lire un bilan comptable

Téléchargez cette fiche gratuite au format pdf

  • Rédigé par des professionnels
  • Un accompagnement étape par étape
  • La liste de matériel si nécessaire
Télécharger la fiche

Le bilan comptable renseigne sur l’origine de l'argent dont dispose une entreprise et sur la façon dont elle emploie ces fonds pour assurer son exploitation commerciale. Il est l'inventaire du patrimoine d’une entreprise, à un moment donné. Lire un bilan permet de se faire une idée de la stratégie et de la solidité financière d’une entreprise.

Pour les sociétés commerciales, l'établissement du bilan comptable est obligatoire, une fois par an, sur la base de normes légales. En fin d’exercice comptable, l’entreprise établit simultanément son bilan et son compte de résultat annuel.

Vous trouverez dans cette fiche pratique les informations permettant de savoir comment lire un bilan comptable.

Zoom sur le bilan comptable

La liste exhaustive des ressources financières dont dispose une société commerciale et de l’emploi qu'elle fait de ces ressources composent le bilan. Le bilan est une image figée à une date précise ; les comptables parlent de « date d’arrêté » ou de « bilan annuel de clôture ».

Pour illustrer les notions d’emplois et de ressources, propres à tout patrimoine, faisons un parallèle entre une famille et une société commerciale :

Dans le cas de la famille, l’appartement et la voiture sont des emplois ; l’apport personnel et le crédit bancaire sont les ressources qui ont permis d’acheter les emplois. Dans le cas de l’entreprise, l’atelier et les machines sont les emplois ; l’apport des propriétaires et le crédit bancaire sont les ressources.

1. Comprenez les termes clés utilisés pour lire un bilan comptable

Tout bilan comptable se compose de 2 listes dont les éléments sont valorisés (en euros, pour la France) :

  • Une liste recense ce que possède l’entreprise : infrastructures, matériel, stocks, liquidités. Cette liste des emplois constitue l’Actif du bilan.
  • Une liste détaille les ressources financières de l’entreprise, soit les moyens qui ont permis d’acquérir les actifs. L’ensemble des ressources constitue le Passif du bilan.

Vérifiez que le total de l’Actif est égal au total du Passif

Dans la vie économique, rien n’est gratuit : chaque possession (emploi) est acquis grâce à l’engagement d’une somme d’argent (ressource) correspondant au prix d’achat de l’emploi acquis. De ce fait, la valeur totale des emplois est toujours égale à la valeur totale des ressources.

Nous démontrons par cet exemple la logique d’équivalence entre le total des ressources (Passif) et celui des emplois (Actif). Une entreprise dont le total du bilan atteint 10 000 € dispose de 10 000 € de ressources et emploie la même somme, ni plus, ni moins.

Interprétez le total du bilan

Le montant du total du bilan donne une indication quant à la taille d’une entreprise.

Une entreprise dont les éléments du bilan se comptent en millions ou en milliards d’euros a un poids économique plus important qu’une société dont le bilan totalise au plus quelques dizaines de milliers d’euros.

Dans le 1er cas, les enjeux économiques et sociaux (risque pris par les investisseurs, parts de marché, effectif salarié, empreinte écologique) sont ceux d’une grande entreprise. Dans le 2e cas, les enjeux sont ceux d’une petite entreprise.

Lire l'article Ooreka
Lire l'article Ooreka

2. Apprenez comment l’entreprise emploie ses ressources

L’analyse de l’emploi que l’entreprise fait de ses ressources en dit long sur son secteur d’activité, sur sa stratégie et même sur sa solidité financière.

Attachez-vous à comprendre la structure de l’Actif

L’analyse des emplois correspond à l’examen de la liste des actifs exploités par l’entreprise. À quel usage l’argent des ressources est-il consacré ?

Pour commencer, faites la part des choses entre les Actifs d’infrastructures (par exemple : locaux, machines ou licences de marques) et les Actifs considérés comme plus ou moins « liquides ».

La 1re catégorie d’Actifs porte le nom d’Immobilisations, tandis que la 2e est désignée comme faisant partie de l’Actif circulant.

Identifiez les Actifs immobilisés

Les Immobilisations sont des actifs qui resteront durablement affectés à l’exploitation de l’entreprise. Par « durablement », les comptables entendent que ces emplois sont affectés à l’activité pour une durée supérieure à un an.

Un camion, une machine-outil ou une boutique sont des moyens destinés à être exploités par l’entreprise pour une durée supérieure à un an.

En termes d’analyse financière, découvrir qu’une partie importante du total de l’Actif est constituée par des Immobilisations indique que l’activité de l’entreprise nécessite des infrastructures importantes.

Analysez les Actifs circulants

Les Actifs circulants ou « tournants » sont ceux qui connaissent une rotation plus rapide que les Immobilisations.

En termes d’analyse financière, la structure de l’Actif circulant donne des informations quant au modèle économique de l’entreprise. Les Actifs tournants sont composés des éléments suivants :

  • La valeur des Stocks de marchandises ou de matières : cette valeur d'inventaire vous indique si une part importante des ressources financières est mobilisée par la nécessité de financer des stocks. Certaines activités nécessitent de disposer de stocks importants et il faut alors disposer de l’argent nécessaire pour les acheter et couvrir les frais de stockage.
  • Le montant du poste Clients : il représente la part des ventes que l’entreprise n’a pas encore encaissée, soit parce qu’elle accorde des délais de paiements à ses acheteurs, soit parce que certains sont mauvais payeurs ;
  • Les liquidités (ou Valeurs Disponibles dans le jargon comptable) : elles correspondent à l’argent disponible sur les comptes bancaires de l’entreprise ou dans la caisse de celle-ci.

Au plus le cycle de l’argent est long, au plus l’entreprise devra disposer de ressources financières pour financer son cycle d’exploitation. En effet, si un temps long s’écoule entre l’achat des stocks et le moment où les clients qui l’achètent paient leurs factures, l’Actif circule lentement : l’argent investi au départ du cycle d’exploitation met longtemps à revenir sur le compte de l’entreprise augmenté de la marge bénéficiaire.

Les rubriques de l’Actif sont classées par ordre croissant de liquidité : les Immobilisations sont en haut de bilan et les Valeurs disponibles clôturent la liste des actifs, en bas de bilan. En effet, les premières ne se transforment pas rapidement en argent disponible tandis que les secondes sont constituées d'argent qui peut être dépensé immédiatement.

Lire l'article Ooreka
Lire l'article Ooreka

3. Étudiez l’origine des ressources exploitées

L’examen du Passif vous permet de comprendre qui a investi dans l’entreprise et qui en a le contrôle. Tous ceux qui financent une entreprise courent le risque de perdre leur mise si les affaires sont mauvaises. Logiquement, celui qui avance le plus d'argent détient le sort de l'entreprise entre ses mains.

Évaluez les Fonds Propres

L’importance de la somme mise à disposition de l’entreprise par les propriétaires de celle-ci en dit beaucoup sur la confiance qu’ils ont dans leur modèle économique. Cette somme, le Capital, est une composante des Fonds Propres, soit le total de l’argent risqué par les actionnaires ou associés dans leur entreprise.

Faites le lien entre bilan et résultat comptable

L'analyse de la rubrique Fonds Propres, au Passif, donne aussi des informations sur la rentabilité de l'entreprise. Ces informations de rendement dépendent du compte de résultat arrêté en même temps que le bilan patrimonial. 

Chaque année, à la date de clôture comptable, l'entreprise dégage un bénéfice ou une perte, détaillée dans son compte de résultat.

Un autre principe comptable fondamental veut que le compte de résultat soit remis à zéro à chaque fin d'exercice. Cette opération consiste à reporter le solde du compte de résultat dans la rubrique des Fonds Propres, au Passif du Bilan. Si le compte de résultat de l’année est bénéficiaire, la mise des actionnaires est augmentée du montant du bénéfice ; en cas de perte, les Fonds Propres sont réduits du montant de la perte.

Étudiez l'origine des dettes

Les dettes sont des ressources apportées par des tiers. Elles font donc partie du Passif.
Savoir qui prête de l'argent à une entreprise permet de savoir qui lui accorde une certaine confiance, hormis ses propriétaires ou exploitants.

La maîtrise de l’endettement est une stratégie d’entreprise. Certes, dans certains cas, l’endettement génère des charges financières (les intérêts d’emprunts sont des charges qui diminuent le résultat de l’année), mais l’endettement maîtrisé permet à l’entreprise de se procurer des ressources supplémentaires, qu’elle va employer pour se développer ou se sortir d’une mauvaise passe financière.

Tenez compte du plan de remboursement des dettes

Une fois l’origine des ressources externes (dettes) connue, évaluez leur date d’exigibilité. On parle de Dettes à Court Terme pour les engagements de remboursement dans l’année et de Dettes à Long Terme pour les dettes qui sont remboursables à plus d’un an.

Les Dettes à Long Terme sont des prêts bancaires dont les mensualités de remboursement sont réparties sur plusieurs exercices. En général, ces emprunts constituent des ressources utilisées pour financer des achats d'Immobilisations.

Les Dettes à Court Terme sont des dettes d’exploitation ; autrement dit, les sommes dues aux fournisseurs, aux salariés, aux caisses sociales et à l’État (TVA, impôts). Quand des comptes courants bancaires de l’entreprise présentent un solde négatif (découvert) lors de l’arrêté des comptes, ces dettes envers la banque sont aussi des dettes à court terme.

L’analyse arithmétique de la structure du Passif s'obtient en divisant le total du Passif par le montant des Fonds Propres (ratio d’endettement total) et en divisant le total du Passif par le montant des Capitaux Permanents. Ces calculs assez simples permettent de mesurer l’indépendance financière des propriétaires de l’entreprise et le caractère plus ou moins durable des ressources externes (argent prêté à l’entreprise).

Lire l'article Ooreka
Consulter la fiche pratique Ooreka